Elodie BALME – Domaine Elodie Balme

Elodie Balme_Portrait_N&BÉlodie Balme © Photo Domaine Élodie Balme

Le 8 Mars, nous fêtons la Journée de la Femme.. l’occasion de vous présenter le portrait d’une Jeune femme vigneronne !

Signe particulier : 100% Naturelle. Pleine de conviction, elle conjugue respect des traditions et sa propre vision du vin, depuis son premier millésime en 2006. Son credo : laisser faire la nature.

Superficie en appellation Rasteau : 5, 5 Hectares. Sols : argilo-calcaires. Cépages : Grenache, Syrah, Carignan. Élodie produit une seule cuvée en Rasteau et 1 cuvée de Vin Doux Naturel Rasteau Grenat selon les années.

« Avec le 2015, Élodie Balme attaque son 10ème millésime. Sourire aux lèvres, fougue intacte, la jeune femme n’a pas l’air de regretter le choix qu’elle a fait, il y a quelques années : devenir vigneronne. A priori, jusque-là, rien de très original. Son grand-père Maurice Charavin l’était déjà, vigneron. Mais du temps de ses parents, la vendange était livrée à la cave coopérative du village. Le travail, c’était la vigne. Le vin se faisait en dehors de l’exploitation.

Élodie a définitivement tourné la page. Avec succès. Saluée par ses pairs. « Je voulais faire mon vin », affirme énergiquement la jeune femme de 33 ans. Mais avant de rejoindre ses parents et de faire évoluer le domaine, elle a choisi un double cursus scolaire : un BTS de viticulture-œnologie et un DUT en technique de commercialisation. Le tout réalisé en alternance, à Avignon.

« Chez Richaud, j’ai commencé à 20 ans »

Moitié à l’école, moitié dans les caves des domaines qui l’ont employée : le domaine Beau Mistral, à Rasteau, et le Domaine Richaud, à Cairanne. Une belle expérience !

Ce petit bout de bonne femme affirme haut et fort ses convictions, tout en insistant sur son « respect pour les anciens » et sur une nécessaire humilité. « Il faut apprendre et faire des choix. Il faut aussi trouver un équilibre entre différentes façons de voir. Pour moi, il est assez logique de pratiquer une agriculture saine. Pas pour plaire et séduire, ni pour communiquer. Juste parce que cela me convient, à moi ».

Peu après son arrivée à l’exploitation, le domaine s’est étendu. La surface des vignes s’est accrue. Dans son chai équipé de cuves béton, la jeune vigneronne a fait le choix de vinifier en conservant le maximum de caractère fruité à ses vins : pas d’extraction trop poussée et peu de pigeages pour obtenir des tanins souples et de la délicatesse. Là encore, par goût : « bien sûr, j’aime quand les vins ont de la matière. Notre terroir nous donne des choses plutôt structurées. Mais il faut du velouté ».

80 % des ventes en France

Parmi les benjamines de l’appellation, Élodie a fait sa place, en quelques années. Elle est vite devenue l’une des références du Cru, sur le marché français, où elle réalise près de 80 % de ses ventes.

2016 marquait une nouvelle étape, avec l’agrandissement prévu de la cuverie et de la capacité de stockage. En ligne de mire : des élevages plus longs qui ouvriront de nouvelles perspectives d’assemblages. Et pourquoi pas, dit-elle, des vins un peu plus complexes. Sans que pour autant soient abandonnés la fraîcheur et le fruit.

Si nous lui demandons -> Penses-tu que produire du vin de nos jours est encore un métier d’hommes ? Elle nous répond : « Je ne pense pas, c’est surtout un métier pour les passionnés – homme ou femme. Ce qui compte c’est d’aimer ce que l’on fait. Même si physiquement certains travaux sont plus difficiles d’accès pour une femme, il importe de savoir ce qu’il faut faire au bon moment, après on arrive toujours à se débrouiller! ».

Et si elle pouvait conseiller une femme qui souhaiterait se lancer dans le métier: « Je lui conseillerai de s’écouter, de se faire confiance (même si c’est pas toujours facile), de ne pas se laisser impressioner par l’expérience des autres. Il faut bien commencer un jour ! Tout le monde (homme ou femme) est passé par là…je lui dirai aussi de ne pas hésiter à aller vers les autres car c’est que comme ça que l’on apprend… ».

Enfin, un dernier mot pour les femmes d’aujourd’hui? «  Les femmes d’aujourd’hui sont-elles vraiment différentes des femmes d’hier ? De toutes époques, les femmes ont eu des vies bien remplies…alors il faut essayer de prendre du recul sur les choses et se faire plaisir, si possible, dans son métier pour bien le vivre…mais finalement, ce principe est vrai pour les hommes aussi ».

Merci Élodie pour ces très belles paroles!

 

Plus d’informations : Suivez-là sur Facebook

Caveau : 04 90 28 81 70

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>