Charles Perrin – Maison Perrin

Crédit © Inter Rhône

La plus petite production des crus

La maison Perrin est le premier propriétaire en vallée du Rhône, 250 hectares dont 100 à Beaucastel en Châteauneuf-du-Pape, le reste en Vacqueyras, Gigondas, Cairanne, Vinsobres et Côtes-du-Rhône Villages. « A Rasteau, nous avons longtemps travaillé en fermage mais aujourd’hui, nous élaborons une référence unique en négoce » détaille Charles Perrin, l’un des sept enfants de la dernière génération qui reconnaît que Rasteau, avec environ 20 000 bouteilles par an, est la plus petite production en cru de la maison. Le négociant a dû abandonner les trois hectares sur le coteau orienté sud de l’Andéol qu’il exploitait depuis le début des années 90 mais il a gardé le nom du lieu pour sa cuvée de Rasteau. Il est toujours élaboré à partir de 80% grenache et 20% syrah. « Nous avons choisi cet assemblage pour la plupart des crus rhodaniens sauf Vinsobres à 50-50, et nous n’utilisons du mourvèdre que pour le Côtes-du-Rhône ».

 La patte des Perrin

L’assemblage du Rasteau « L’Andéol » passe 18 mois en foudres. « L’objectif est de mettre en avant sans marquage du bois des grenaches toujours un peu surmûris et qui sentent le soleil sur ce terroir atypique, même si beaucoup de consommateurs disent que l’on reconnaît surtout la patte de la famille Perrin. Le Rasteau est plus souple qu’un Cairanne ou qu’un Vacqueyras et d’un très bon rapport qualité-prix dans les crus, ce qui en fait un excellent complément de gamme pour les cavistes. »

Tout à Prébois

La maison revendique pour tous ces achats de vins la recherche de la typicité, de l’élégance et de la finesse. Les assemblages et les élevages sont suivis au domaine du Grand Prébois, près d’Orange, qui a bénéficié d’importants investissements techniques depuis cinq ans. Tout est désormais rapatrié en un même lieu concentrant ce qui était auparavant réalisé dans une demi douzaine de caves disséminées au fil des rachats sur le territoire du sud rhodanien. On est bien loin des projets de Gabriel Tramier qui avait eu l’idée de racheter Beaucastel en 1909 pour y planter des oliviers. Il faudra attendre les années 50 pour voir renaître ce vignoble, les années 80 pour que le négoce se développe avec la marque La Vieille Ferme, vendue à l’époque en camion citerne dans les bars marseillais. Suivront le rachat de plusieurs domaines en Rhône sud et l’acquisition du Grand Prébois au bout de sa belle allée de platanes. Désormais la famille Perrin exporte ses vins dans le monde entier.

Texte: Frédérique Hermine – Terre de Vins pour l’A.O.C Rasteau

Plus d’information : http://familleperrin.com/

Vous aimerez aussi :

Frédéric ROMERO – Domaine la Soumade

Gilles FERRAN – Domaine des Escaravailles

TWIL (The Wine I Love)  « Nous avons à cœur la relation entre nos équipes et les producteurs. » … Qu’en pensent les vignerons de l’appellation ?

Frédéric JULIEN – Domaine Gramiller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *