Françoise JOYET LARUM – Domaine des Girasols

Françoise JOYET  – Crédits © Frédérique Hermine

A l’approche de la « Journée de la Femme », mais également de « la fête des grands-mères » (qui se célèbre le 3 Mars cette année), nous avons pensé tout naturellement à vous présenter une femme vigneronne dans cette rubrique … Rencontre avec Françoise JOYET-LARUM du Domaine des Girasols à Rasteau…

Des légumes au raisin

Fuyant en 1974 l’urbanisme galopant lyonnais, Paul et Marie-Elisabeth JOYET sont venus chercher des terres en Rhône sud pour un meilleur climat et une nouvelle carrière ; ils ont finalement acheté un vignoble remembré de 15 hectares d’un seul tenant « parce qu’ils sont tombés amoureux de la vue panoramique face au village perché de Rasteau », raconte leur fille Françoise. Après avoir vendu le raisin des premières vendanges au poids à un négociant, ils ont construit une cave pour avoir du vin à vendre tous les jours.  Ils ont petit à petit appris à faire du vin avec un œnologue et ont d’abord commercialisé leur production auprès de la famille, des amis puis dans les salons et au caveau à partir de 1981.

Entre la terre et le soleil

Les JOYET avaient trouvé « girasol » dans un vieux dictionnaire du 18ème siècle, le nom d’une pierre semi-précieuse, sorte d’opale, et une sonorité rappelant le tournesol qui fait le lien entre la terre et le soleil comme les galets du plateau. Françoise qui avait quitté la vallée du Rhône pour aller travailler une dizaine d’années dans la Napa Valley aux Etats-Unis en est revenue cette année pour prendre la suite du domaine avec son mari Jon et ses enfants Julien et Pauline qui ont déjà un pied dans les vignes. « J’aime à Rasteau cette empreinte du terroir qui forge son caractère et cette qualité de vie dans un cadre magnifique ». Les nouveaux vignerons des Girasols devenus un lieu-dit voudraient replanter de la syrah, faire des sélections massales des vieux grenaches et cinsaults, travailler sur une plus grande traçabilité pour affiner les assemblages des parcelles, s’interrogent sur un élevage en fûts moins prononcé « pour obtenir des vins davantage sur le fruit et la souplesse, des vins plaisir plus à notre goût en somme ».

Accueillir au caveau

Françoise entend poursuivre la participation du domaine à une dizaine de salons « pour se faire connaître » et devrait pérenniser l’idée de son père d’avoir toujours une collection de vieux millésimes prêts à boire. Elle veut surtout développer l’œnotourisme dans une région où passent de nombreux visiteurs français et internationaux. « Le caveau nous permet de faire découvrir ou redécouvrir notre gamme de vins tranquilles mais aussi les vins doux naturels. C’est un vrai plaisir d’élaborer un autre type de vins à partir des mêmes cépages. Ils sont de moins en moins connus et il ne faudrait pas qu’ils disparaissent. Et quand on les fait déguster surtout avec un carré de chocolat, rares sont les visiteurs qui n’apprécient pas ». Françoise entend également reconquérir le marché américain qu’elle connait si bien en profitant de la notoriété de l’appellation. « Il faut miser sur notre image de très bon rapport qualité-prix pour un cru de la vallée du Rhône méridionale ».

Article et propos rédigés par Frédérique HERMINE


Petit bonus et “entretien privé” avec Françoise :

A.O.C Rasteau : Le milieu viticole/vigneron a longtemps été considéré comme un métier d’homme. Comment percevez-vous votre métier en tant que femme ? Que conseilleriez-vous à une femme qui souhaiterait se lancer dans ce métier ?

Françoise JOYET-LARUM : « Même si je connais mes vignes, je suis davantage présente dans la cave, surtout pendant les vendanges et lors des dégustations d’assemblage. Pour ma part, je me sens très à l’aise dans ce milieu viticole /vigneron qui s’est énormément féminisé. De part la diversité qu’offre ce métier, une femme peut définitivement s’épanouir dans son travail. Bien sûr, certains travaux requièrent plus de force physique que d’autres, à chacune de trouver sa place en fonction de ses propres capacités et objectifs. J’ai trouvé la mienne à la gestion de l’entreprise, à l’accueil des clients et à la valorisation de mes produits.

Je ne vous cache pas, que j’aimerai parfois aller « prendre l’air dans les vignes » et je le fais, surtout à la période de l’ébourgeonnage (travail peu physique, qui me convient très bien).

Le conseil que je donnerai à une femme qui souhaite se lancer ! Selon l’âge ! je ne me lancerai pas toute seule ! Si vous avez la passion pour la terre, l’humilité pour accepter les aléas climatologiques, la patience et l’efficacité que requiert l’administratif, et que vous aimez partager avec votre clientèle, alors, il faut le faire. Sinon, il faut être bien accompagnée !… Avoir un binôme sur lequel on peut compter ».

A.O.C Rasteau : Quelle est la femme qui vous a le plus inspirée ?

Françoise J-L. : « Voilà plusieurs jours que je réfléchis à cette question, et je ne sais que répondre. Je ne suis pas une fervente lectrice ou une érudite, j’aime écouter et observer et beaucoup de femmes m’ont inspiré lors de discussions, d’échanges et j’en a tiré un enseignement aux moments « M », mais je ne peux pas citer une personne en particulier. Ce que j’apprécie beaucoup chez une femme, est sa sagesse, son intelligence, son humilité tout en étant ferme et déterminée ».

A.O.C Rasteau : Comment voyez-vous la femme de demain ?

Françoise J-L. : « Parfaite (rires). Non, je plaisante, ce serait ennuyeux !

C’est à dire ma fille, ma petite-fille et peut-être arrière petite -fille ! Je les vois très indépendantes, capables de faire face et tenir tête. Déterminée et n’ayant pas peur de casser les « clichés ». Car l’internationalisation leur permettra de voyager et vivre là où elles se sentiront bien et dans leur élément. Le tout avec la bonne humeur, le courage, l’humour, la sincérité, le charme qui les caractérisent ! »

A.O.C Rasteau : Parmi toutes les femmes, il y a les grands-mères (fête des grands-mères le 3 Mars)…   Qu’est-ce que selon vous une grand-mère a de spécial ? *

Françoise J-L. : « La disponibilité que n’ont pas les parents qui sont toujours en activité. Le recul au niveau des responsabilités qui leur donne plus de liberté sur certaines actions et décisions ».

A.O.C Rasteau : Souhaitez-vous partager un souvenir que vous aviez avec votre grand-mère * ?

Françoise J-L. : « J’ai vécu deux ans chez ma grand-mère Charlotte à Lyon afin de poursuivre mes études, j’avais 15-16 ans. Elle vivait seule et nous avons passé de merveilleux moments, elle avait beaucoup d’amies et d’occupations, nous avons fait des très beaux voyages, nous jouions aux cartes tous les soirs, nous sortions aux spectacles, et nous riions beaucoup ! ».

Merci Françoise d’avoir accepté cet entretien et merci encore pour votre témoignage si précieux!

 

* Quelques citations en rapport avec les grands-mères :

Une grand-mère, c’est la douceur alliée à l’expérience. Citation de Jean Gastaldi ;

Une grand-mère est la gardienne des traditions. Citation de Jean Gastaldi ;

Une grand-mère trouve toujours les mots justes pour consoler les petits et les grands. Citation de Jean Gastaldi ;

 

Plus d’informations : Retrouvez-la ici et suivez-la sur Facebook

Caveau : 603 chemin Vieux de Vaison – 84110 Rasteau
Tél : +33 (0)4 90 46 11 70 – Email : domaine@girasols.com

Vous aimerez aussi :

PORTRAIT D’UNE CHEFFE : Séverine Sagnet à La Table Haute de La Mirande

Entretien avec Matt Walls, Ambassadeur des vins de la Vallée du Rhône en Angleterre

Afterwork “Rasteau – Terre de Grenache” – Mardi 9 Avril 2019

10e édition : Venez faire vos propres Découvertes … en Vallée du Rhône !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *