Carafer ou décanter ?

Quelle différence y a t’il entre ces deux opérations?  Vous allez peut-être vouloir ouvrir un vieux millésime à l’annonce des 10 ans du Cru ou déguster le dernier millésime acheté chez votre caviste… et vous vous demandez si c’est nécessaire, si oui quelle est la pratique la plus appropriée, comment procéder… ?
Autant de questions, et dans les deux cas, la façon d’opérer ne sera pas la même et le résultat attendu en sera différent. Afin que l’opération soit bénéfique et que le vin révèle tout son potentiel, suivez nos conseils !


Avouons que pour la plupart d’entre nous, il n’est pas toujours aisé de faire la différence ! Bien que les deux pratiques consistent à mettre le vin dans une carafe, elles possèdent des particularités :

Décanter un vin a pour but principal d’enlever les dépôts présents dans le vin sans pour autant l’aérer, autrement dit pour filtrer le vin. Pour la décantation, la carafe choisie doit limiter au plus le contact du vin avec l’air.

Par contre, carafer un vin a pour principal but son aération. Donc la carafe choisie doit privilégier le contact du vin avec l’air.

Le vin est un produit sensible dont la qualité peut être facilement altérée, il faut donc y aller avec prudence !

Pourquoi carafer ou décanter un vin ?

Trop souvent, les gens le font parce qu’ils ont vu faire ou en ont entendu parlé. Mais il est essentiel de savoir s’il est nécessaire de le faire avant de se lancer dans cette opération ! Le vin est un produit sensible dont la qualité peut être facilement altérée, il faut donc faire attention.

Si un vin contient des dépôts solides, il convient de le décanter pour ne garder en bouche que le liquide lors de sa dégustation. L’opération n’est pas indispensable, toutefois elle procure une dégustation plus agréable. A noter :  Certains vins aujourd’hui ne sont plus forcément filtrés et on peut donc y trouver du dépôt naturel.

Le « carafage » quant à lui consiste à donner de la souplesse au vin.  Bien souvent, nous achetons des vins de millésime jeune et avons pour habitude de le consommer rapidement quand nous n’avons pas les conditions pour le laisser vieillir. Certains vins jeunes, quand ils ne sont pas encore prêts à boire, nécessitent un passage en carafe pour améliorer la qualité gustative. Lorsque le vin est encore jeune, ses arômes ne sont pas encore bien distincts. L’oxygénation du vin réveillera le vin et révèlera ses arômes, elle contribuera à l’épanouissement du vin. Le fait d’oxyder le vin contribuera à l’adoucir et à rendre moins perceptible l’alcool.

Si un vin goûte bien dès la première dégustation et que vous avez envie d’y retourner, il n’a pas besoin d’être carafé !

Quels vins carafer ou décanter ?

Comme nous en avons parlé un peu plus haut, l’opération n’est pas toujours nécessaire et tous les vins ne sont pas à carafer. Par exemple, inutile de carafer les vins rosés, blancs, effervescents et les vins vieux qui sont facilement altérables.

Ensuite, pour juger si un vin doit être carafé, il vaut mieux le déguster tout d’abord : Pour se faire, ouvrez la bouteille de vin (bien sûr!), et verser le vin dans un verre. Jusque là, c’est plutôt facile !

Avant de le goûter, sollicitez votre odorat et sentez le vin et ses arômes. En bouche, le vin à carafer ne présente pas de défaut, mais on peut le trouver un peu acide et âpre. Il faut répéter l’opération une seconde fois. Humez-le, goûtez-le ensuite. Il se peut qu’à ce stade, vous sentiez une différence. Vous pourrez répéter l’opération une troisième fois quelques minutes après. Si après ces étapes le vin dans le verre montre une nette amélioration, il est préférable de le carafer. Cet assouplissement du vin prouve qu’il a besoin d’un passage en carafe.

A l’inverse, si la première fois le vin goûte bien, est agréable et que vous avez envie d’y retourner, il n’a pas besoin d’être carafé !

Très souvent, il s’agit d’un vin rouge (trop) jeune qui a besoin d’être aéré.
Pour ce qui est des vins vieux, cela dépend des caractéristiques du vin. Toutefois, très souvent il n’est pas très conseillé de carafer ou de décanter les vieux vins. Laissez-les tout d’abord reposer verticalement et les dépôts retomber d’eux-mêmes.

Les vins à carafer : très souvent il s’agit d’un vin rouge (trop) jeune qui a besoin d’être aéré. Pour les vins vieux, il n’est pas toujours conseillé de les décanter : laissez-les tout d’abord reposer verticalement et les dépôts retomber d’eux-mêmes.

Comment carafer et décanter ?

Tout d’abord, avoir à disposition le matériel nécessaire : c’est à dire une carafe à vin et un couteau sommelier (autrement dit un tire-bouchon) pour ouvrir une bouteille. La carafe à vin est différente d’une carafe à eau, elle a un fond plus évasé et un goulot plus long et étroit. Choisissez-la avec un bouchon afin de pouvoir la refermer si besoin. Notez bien : il faut veiller à la propreté de celle-ci.

Une fois qu’on s’est assuré que la carafe était propre et avant de procéder au carafage ou à la décantation, l’aviner peut s’avérer nécessaire… Pour cela, versez un peu de vin dans le récipient et remuez jusqu’à ce que toutes les parois soient enduites de vin. Ensuite, jetez le vin de la carafe et commencez votre décantation ou carafage. Cette opération permettra d’éliminer toutes les odeurs présentes avant les opérations.

Pour le carafer, versez le vin dans la carafe et laissez-le reposer tranquillement une heure avant la dégustation pour les rouges légers, voire deux à quatre heures pour les vins rouges puissants.

Pour la décantation c’est plus délicat et il vaut mieux avoir de la luminosité pour pouvoir visualiser le dépôt et voir quand s’arrêter. Il faut éviter le plus possible le contact du vin avec l’air et y aller doucement, ne pas agiter la bouteille. Il faut rapprocher le col de la bouteille avec celui de la carafe, voire même coller les deux cols. Pour que la décantation soit bien faite, il faut maintenir la bouteille de manière à ce que les dépôts restent au fond de la bouteille pendant le remplissage de la carafe.

Pour la décantation des vins anciens, il faudra le faire 10 à 15 minutes seulement avant la dégustation. Il est toujours important de rappeler qu’une exposition prolongée du vin à l’air peut le rendre aigre, et il risque de perdre tout son attrait aromatique en très peu de temps.


Vous savez maintenant faire la différence et nous espérons que vous saurez dorénavant si le vin a besoin ou non d’être carafé ou décanté  !

Bonne dégustation à vous et n’hésitez pas à nous faire part de vos expériences en la matière 😉

Vous aimerez aussi :

10 ans du Cru Rasteau … les moments marquants

Réjane Pouzoulas et Frédéric Lavau nous parlent des 10 ans…

Une belle initiative et un nouvel élan avec Tourismeby CA : Cette année, je vis un tourisme solidaire !

Notre parrain du mois d’Octobre : Le Chef Christophe Bolis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *