Pierre Vila Palléja et la nouvelle génération de sommeliers

Une jolie collaboration est née entre le Cru Rasteau et le sommelier/restaurateur Pierre Vila Palleja, acceptant sans détour le rôle de parrain qui lui a été confié. Il a mené le recrutement de 7 jeunes fleurons de la sommellerie française et a aidé à l’organisation du voyage. L’appellation a pu accueillir 7 jeunes à travers un programme mêlant dégustations professionnelles, visite des terroirs à vélo, dîner gastronomique et détente. Ont répondu présents : Nicolas POVES (23 ans) sommelier au Mandarin oriental (Paris), Scarlett NORMANTON (20 ans) – sommelière à Le Petit Sommelier (Paris), Chloé LAROCHE (25 ans) et Julien MILLET (24 ans) sommeliers au Bristol (Paris), Basile CRAHES (21 ans) sommelier au Georges V (Paris) – Le Georges et Louis DANTEC (21 ans) sommelier au Pavillon Ledoyen Alleno (Paris).


Pour celles et ceux qui ne connaissent pas (encore) Pierre Vila Palléja, il est à la fois sommelier et restaurateur, et a fait du restaurant de ses parents, Le Petit Sommelier (Le Petit Sommelier / Restaurant Traditionnel / Paris) – face à la gare Montparnasse – l’une des adresses du vin à Paris. Ambitieux et méthodique, passé par le Ritz, le Crillon et Lasserre, il a une solide connaissance des vins étrangers et aime aussi la Bourgogne, le Rhône et les Bordeaux qui sortent des sentiers battus. Homme de terrain aux multiples casquettes il fait parti du comité de dégustation pour la Revue des Vins de France (La Revue du vin de France). Finaliste face à Pascaline Lepeltier en 2018 lors du concours du Meilleur Sommelier de France, il ambitionne en 2022 de faire le « doublé » Meilleur Sommelier de France et Meilleur Ouvrier de France Sommellerie. 

Petit entretien privé avec Pierre.

Son parcours

« Avant d’avoir ma propre maison, j’ai été sommelier dans des restaurants étoilés (Le Ritz, Le Crillon, Lasserre). J’ai repris l’établissement familial – Le Petit Sommelier – à 25 ans, avec l’idée de créer une carte de vins de restaurant étoilé, mais dans un bistrot. Cela m’a permis de rentrer dans le comité de dégustation de la Revue du Vin de France il y a 6 ans, et de développer ma gamme de verres soufflés bouche avec la marque française Sydonios. »

Son restaurant

« Le Petit Sommelier a un profil singulier, où le thème est clairement le vin. Il donne l’impression d’être une maison simple, mais nous avons créé un bistronomique (mon chef est un ancien de Yannick Aleno au Meurice), avec une carte des vins de 1300 références, dont 40 au verre. Nous organisons régulièrement des dîners vigneron, des privatisations et événements autour du vin. »

Ce qui l’a amené au métier de sommelier

« Un professeur m’a donné le virus, grâce à sa pédagogie, sa sensibilité et son ouverture (Franck Ramage). Puis mon parcours m’a permis de déguster des belles bouteilles faisant partie aussi des plus belles bouteilles du monde, ce qui a agrandît ma curiosité et ma soif de connaissances ».

Ce qu’il aime dans ce métier

« De voir les yeux brillants d’un client émerveillé par un flacon que mon équipe de sommeliers ou moi-même lui avons choisi. C’est un sentiment d’une rare excitation, car on arrive à bousculer les sens d’une personne avec une bouteille dont il n’avait consciemment pas envie ».

Le voyage des jeunes sommeliers à Rasteau

« J’ai accepté d’être parrain de ce voyage, pour la transmission, qui a toujours été pour moi important, pour 2 raisons : Je me souviens d’abord du temps que mes aïeux ont pris pour me former, c’était précieux et c’est à mon tour de le faire. Ensuite, je pense que la restauration est en difficulté en ce moment, avec une pénurie de personnel. Il faut donc prendre le temps auprès des plus jeunes pour leur montrer la beauté de nos vignobles, tout en élevant le débat avec des master class et des déplacements, ce qui valorise le choix de carrière des plus jeunes avec une personne plus expérimentée ».

Le recrutement des jeunes sommeliers

« J’ai contacté les chefs sommeliers dont je connais la qualité du travail. Cela leur a permis de « récompenser » les plus jeunes de leurs équipes avec un weekend qui leur est dédié. Ces jeunes sont donc des professionnels de qualité qu’il faut encourager. Nous avons contacté différents chefs sommeliers issus de plusieurs régions, c’est important. Il y a beaucoup de parisiens cette année, mais cela correspond aussi à une période de transition (rentrée) rendant les parisiens « plus » disponibles ».

A propos de Rasteau : Ce que lui inspire Rasteau, ses vins, ses terroirs…

« Rasteau a une identité forte, que tous les sommeliers arrivent à identifier. Que cela soit par la générosité de ses vins secs, ou la gourmandise de ses vins doux naturels, ils ne laissent pas indifférents. D’autre part, une nouvelle génération de vigneron.ne.s est arrivée dans le Cru, mettant en valeurs mieux les terroirs. Il faut les faire découvrir ! »

3 mots pour décrire Rasteau selon Pierre

Générosité, accessibilité et diversité


Nous remercions chaleureusement Pierre Vila Palléja pour cette collaboration enrichissante, pour sa venue à Rasteau, pour le partage de son savoir et de son expertise auprès de l’appellation et de la jeune génération de sommeliers.  Nous remercions également ces jeunes pour leur curiosité, leur intérêt pour les vignerons et les vins de Rasteau, pour tous les échanges enrichissants. Nous espérons que ce voyage n’est que le premier d’une longue série !

Vous aimerez aussi :

Quand le Cru Rasteau parraine les élèves sommeliers de l’Ecole de Tain l’Hermitage

A la rencontre des vignerons de Rasteau Secret…

Carafer ou décanter ?

Rasteau passe à table avec… La cave coopérative Rhonéa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.